Grottes de Betharram

ParPar / 1st mars, 2017 / Non classé / Pas de commentaire

Léon Ross, un intrépide malouin descendant de corsaire entre en scène…

Les Grottes de Betharram ont été découvertes en 1819 par un ancien grognard de Napoléon, les grottes commencent à attirer l’attention des naturalistes à partir de 1836 grâce à l’exploration du professeur Mermet.

Les premiers grands explorateurs sont trois membres de la section du Club Alpin de Pau : Larry, Campan et Ritter. En 1888, ils découvrent un certain nombre de puits reliant le premier étage des grottes aux étages inférieurs.

En 1889, Armand Vire, directeur du Laboratoire de biologie souterraine au Muséum d’Histoire naturelle venu explorer Bétharram relate dans les Mémoires de la société de spéléologie (Tome III / n° 14 – juin 1898) la découverte de l’étage inférieur et donc, de la rivière souterraine.

Léon Ross (1847-1933), artiste-peintre et photographe, né à Saint-Malo en 1847, installé dès l’année 1880 dans les Pyrénées, suit ces dernières explorations. C’est l’un des tous premiers photographes paysagistes des Pyrénées.

Le 13 avril 1907, Edouard-Alfred Martel (1859-1938) entreprend avec Léon Ross, la coloration de la rivière pour en connaître la résurgence.

En 1907, Emile Cartailhac (1847-1933), pré-historien, y découvre de nombreuses griffures et bauges d’ours.

Homme d’aventures, dès 1900, L. Ross entreprend l’aménagement de chemins dans la grotte afin d’en faciliter l’accès et la visite. Il construit également une usine électrique sur le Gave de Pau pour électrifier l’ensemble des grottes.

1903-2003 – Centenaire de l’ouverture au public des Grottes de Bétharram

Léon Ross, aussi intrépide que ses ancêtres corsaires malouins, part à l’aventure du monde souterrain.

D’abord, il construit sur le Gave de Pau une usine électrique pour éclairer entre autres, l’hôtel Royal de Lourdes (situé à 15 km). Sur le trajet de la ligne, il propose aux habitants de découvrir et d’utiliser la force électrique pour s’éclairer et se chauffer… Une vraie révolution !

En 1902, il jette sur le Gave de Pau un pont pour accéder à l’entrée des grottes dans de meilleures conditions. Officiellement en 1903, les grottes sont ouvertes au public : Léon Ross a 53 ans.

Les visiteurs arrivent en voiture à cheval de Lourdes et Pau. Plus tard, ils viendront en voiture automobile et en car. Il crée ensuite une ligne d’autobus au départ de la cité mariale. D’autres viennent en train jusqu’à la gare de Lestelle-Bétharram, puis se rendent à pied aux grottes et reprennent le train à Saint-Pé-de-Bigorre.

En 1918, son fils Albert lui succède. De 1913 à 1925, il creuse le tunnel de sortie. Les visiteurs sortent alors directement de la grotte sans avoir à remonter le gouffre. Il lance aussi une écurie de courses et ses trotteurs courent dans le grand sud-ouest. Un support de publicité novateur puisque ses chevaux s’appellent Grottes de Bétharram I, Grottes de Bétharram II, etc… Une excellente idée promotionnelle !

À sa mort en 1926, Marie, son épouse courageuse et volontaire, relève le défi et prend la suite de son affaire avec succès.

En 1955, leur fils Edmond sonorise déjà les explications principales données par les guides du site. Il les traduit en cinq langues afin de satisfaire les demandes des visiteurs étrangers : une première en France à cette époque ! En 1973, il construit un petit train à traction électrique : enfin, les 600 derniers mètres ne se font plus à pied…

Aujourd’hui, c’est Albert Ross, 4e génération, qui gère et perpétue cette belle aventure. Depuis 1996, ils ont entrepris des travaux pour rendre accessible aux handicapés en fauteuil roulant la visite du premier étage des grottes : les 120 marches d’origine sont désormais remplacées par une rampe d’accès. »